Apprendre une langue étrangère : ces croyances qui vous limitent

par | 15 Août 2022

En rejoignant récemment l’équipe d’Acapelart, j’ai repensé à ces peurs que j’avais à l’idée d’apprendre une langue étrangère et de la pratiquer. Cela m’a rappelé ces cours d’anglais que j’ai eu l’occasion de prendre avec des professeurs passionnés, qui m’ont permis d’oser et de progresser.

Avant d’intégrer l’équipe, j’ai échangé avec Erika, la créatrice d’Acapelart, et ses mots et ses valeurs m’ont tout de suite parlé. Elle souhaite rendre l’art, la culture et les loisirs accessibles à tous, que chacun puisse apprendre les langues de façon amusante et légère. Pour ne plus appréhender de se lancer et de pratiquer, mais pour que l’on y prenne simplement du plaisir !

J’ai été touchée par son message, car j’ai longtemps été totalement bloquée à l’idée de parler anglais ou espagnol, que ce soit en voyage ou dans le cadre de mon activité professionnelle.

Pourtant, comme vous très certainement (vous pouvez l’appliquer à l’allemand, l’italien, le japonais, le chinois, le russe… ou toute autre langue que l’on vous a enseigné dans votre parcours scolaire) j’avais suivi des cours au collège et au lycée. J’avais donc bien les « bases », mais j’étais totalement incapable de sortir un mot à chaque fois que je voyageais.

Des années plus tard, j’ai passé un entretien d’embauche durant lequel on m’a invité à poursuivre la conversation en anglais. Panique à bord, j’ai bredouillé, j’ai transpiré… Dans mon malheur intérieur (mais pourquoi je n’arrive pas à répondre alors que je comprends la question ?!), j’ai eu la chance de tomber sur un responsable très compréhensif et emphatique, qui a compris ce qui se jouait en moi. Il m’a recommandé d’envoyer valser toutes ces peurs et croyances qui m’empêchaient de me lancer. J’ai ainsi décidé de suivre des cours d’anglais pour me débloquer. 

Et j’ai deux bonnes nouvelles pour vous : 

  1. Nous sommes tous capables d’apprendre une langue étrangère. Mais nous n’avons pas tous les mêmes croyances. Celles-ci peuvent nous faciliter ou nous compliquer la tâche. Heureusement, les croyances ça se change, les peurs, ça se dépasse. Parole d’ancienne bloquée des langues étrangères !
  2. Le choix du type de cours (en individuel ou en collectif) et du professeur peut tout changer. Je suis tombée sur une pépite qui a tout fait pour que je prenne confiance. C’est la raison pour laquelle, chez Acapelart, nous nous entourons de professeurs qualifiés et passionnés qui ont les mêmes valeurs que nous : transmettre en s’amusant et faire naître le goût d’apprendre.

Qu’est ce qu’une croyance limitante ?

Nous avons tous des croyances, des pensées qui façonnent notre vision des choses et de la vie. Notre cerveau a fondé tout un système de pensées par rapport à nos expériences vécues.

Nous avons des croyances positives et d’autres sont limitantes. Je vous en partage certaines assez courantes, qui feront peut-être écho en vous : « Je ne suis pas capable de… dessiner/chanter/écrire/bricoler/être entrepreneur…», « Je suis trop… sensible/timide/vieux pour… », « Je ne suis pas assez… doué(e)/intelligent/belle/drôle pour…. », « Le temps c’est de l’argent », « Il faut travailler dur pour réussir »…

On voit la vie comme ça, avec une paire de lunettes calibrée pour cette croyance, et il peut nous être insupportable d’entendre quelqu’un d’autre nous dire le contraire « Il n’a pas vécu ce que j’ai vécu ! », « Il est hors réalité ». En effet, il a sa propre interprétation de la réalité qui n’est pas la nôtre.

Une croyance peut ainsi nous booster, si elle est positive « J’ai toujours eu des facilités en cours de langue étrangère, c’était ce que je préférais »; ou elle peut nous freiner et nous limiter dans le cas d’une croyance limitante « Moi et les langues étrangères, ça a toujours fait deux ».

Ces fausses croyances qui nous limitent dans l’apprentissage et la pratique d’une langue étrangère

Quand j’ai décidé de rejoindre un cours d’anglais pour adultes, j’ai compris que j’avais une ribambelle de croyances qui me freinaient, allant de m’inscrire à un cours pour apprendre une langue étrangère, comprendre la langue, à oser, parler. Et pour en avoir discuté avec les autres élèves, je n’étais pas la seule à avoir eu du mal à sauter le pas. Voici un aperçu des ces pensées qui vous passent vous aussi peut-être par la tête…

Je suis trop vieux/vieille pour me mettre à apprendre l’anglais/l’espagnol/l’italien/le russe/le japonais/le chinois/l’arabe etc.

Un grand classique de croyance limitante que l’on retrouve dans de nombreux domaines de nos vies : je suis trop vieille pour apprendre, je suis trop vieille pour ce poste, je suis trop vieille pour reprendre mes études, je suis trop vieille pour me reconvertir… Qui a décidé que nous étions trop vieux pour faire tout cela ?

Apprendre le russe/le japonais/le chinois/l’arabe ça doit être super difficile !

J’ai choisi ces langues car elles font partie de mes croyances personnelles : apprendre l’alphabet russe me paraît d’une difficulté absolue. Mais votre croyance à vous sera peut-être différente… Pourtant, énormément de gens y arrivent, et pourquoi telle ou telle langue serait plus facile ou difficile à apprendre ? Pourquoi le français ne serait pas plus difficile à apprendre qu’une autre langue, et pourtant, j’ai réussi à l’apprendre quand j’étais enfant ? C’est toujours amusant de se questionner sur nos propres croyances ;).

Je n’aurai pas le niveau suffisant pour rejoindre un cours collectif

Ahhhhh c’est une croyance que je connais bien et qui m’a freiné durant de longues années : au fond j’avais peur, peur de ne pas avoir le niveau, peur d’être moins douée que les autres (hop, une autre croyance !). Il faut dire qu’on a été habitués à être notés quand on était à l’école, de quoi installer des pensées dans nos têtes d’écoliers selon nos interprétations de la réalité : « toi tu n’as pas la moyenne, t’es moins doué que ton voisin, faut que tu progresses encore, tu n’es pas encore assez ! ».

Pourtant, un bon cours de langue étrangère est conçu pour vous intégrer, que vous vous y sentiez bien, et que vous y preniez du plaisir. Pas de notes, pas d’évaluation, vous n’avez rien à prouver. C’est vraiment ce que nous défendons chez Acapelart : remettre du plaisir et de la joie dans l’apprentissage des langues. 

Pour démarrer, une autre option peut réellement vous aider : débuter par des cours particuliers pour vous rassurer, avant de rejoindre des cours collectifs. Chez Acapelart, nous proposons par exemple des cours d’anglais à distance en visio à l’unité ou au forfait. Nos professeurs personnalisent vos séances : pour un objectif professionnel ou personnel, pour apprendre du vocabulaire, parler…

Je sais parler mais je n’ose pas car j’ai un mauvais accent

Voilà une autre croyance que j’avais et qui m’a empêché de parler anglais en voyage durant des années : « j’ai un accent affreux, c’est la honte, et personne ne doit me comprendre! ». Cette croyance, je l’avais acquis à force de répétition : des proches ayant vécu à l’étranger qui reprenaient perpétuellement mon accent lors de mes études puis lorsque l’on partait en voyage. Résultat, je n’osais plus parler !

Je me souviens du professeur d’anglais qui nous a accompagné lors des cours pour adultes, elle avait lu mes notes et m’avait dit qu’elle ne comprenait pas bien pourquoi je voulais apprendre l’anglais puisque j’avais déjà un bon niveau de grammaire et une bonne base de vocabulaire pour m’en sortir. Et quand elle a voulu me faire parler, elle a compris. Je faisais partie de ces élèves bloqués à l’oral à cause de leur accent. Donc je perdais tous mes moyens. Impossible de me souvenir d’un seul mot quand il était question de parler !

Au fil des cours j’ai été rassurée : je me faisais comprendre même si mon accent n’était pas « parfait » (le « parfait » étant lui aussi une croyance puisque la perfection n’existe pas, n’est-ce pas ?). Plus tard, j’ai voyagé avec des personnes n’osant pas parler anglais, je les revois avec des grands yeux ébahis « wouah, tu parles super bien anglais toi ! ». Pourtant mon accent n’avait pas changé. Tout est une histoire de perception :).

Je n’ai pas le temps pour apprendre une langue étrangère

Une croyance que l’on applique à plein de domaines de nos vies : je n’ai pas le temps pour cuisiner, pas le temps pour me reposer, pas le temps pour me former, pas le temps pour une activité artistique ou un loisir rien que pour moi… Du coup on se dit que l’on remet cela à plus tard, quand ce sera le « bon moment ». Sauf que ce moment « parfait », celui où l’on a du temps, le budget, et toutes les conditions réunies, arrive rarement. 

Prendre un cours de langue étrangère à distance s’inclue plus facilement dans le quotidien, le temps de transport en moins, à nous de lui faire de la place.

Et si vous optez pour un cours particulier individuel à distance en visio (comme l’anglais, l’espagnol, l’allemand, le chinois, le japonais…), vous pouvez décider du rythme idéal pour vous avec votre professeur.

Je ne suis pas doué(e) pour les langues étrangères/Je n’en suis pas capable/Ce n’est pas fait pour moi 

Je connais bien ces croyances de « Je ne suis pas douée pour… » et chacun les aura intégré par son vécu différent. Parfois, on nous l’a répété petit ou à l’école. Parfois, on a l’habitude de mettre des choses dans des cases ou sur un piédestal « il y a des gens qui ont un don pour… ». Parfois, il y a une peur derrière le « Ce n’est pas fait pour moi » : tant qu’on ne tente pas quelque chose, on ne peut pas échouer.

Il y a certes des personnes qui ont des facilités dans certains apprentissages, comme dans l’apprentissage des langues étrangères, mais pour autant, il n’y a pas de fatalité. Avant de parler français, nous l’avons appris. Alors pourquoi ne serions-nous pas capable d’apprendre une autre langue ? 

Je n’ai pas besoin d’apprendre une langue étrangère

C’est une pensée que l’on peut tout à fait avoir si nous n’avons pas besoin de maîtriser une langue étrangère dans le cadre de notre activité professionnelle, ou si nous voyageons peu. Pourtant, apprendre une langue étrangère peut nous servir dans la vie de tous les jours : converser avec d’autres personnes, échanger quelques mots avec des touristes de passage, prendre confiance en soi en se rendant compte de nos facultés d’apprentissage, faire travailler notre cerveau…

Mais aussi s’ouvrir à d’autres portes d’informations : pratiquer l’anglais m’a par exemple permis de m’auto-former dans mon activité professionnelle, en ayant accès à des contenus non disponibles en français.

Modifiez vos croyances pour apprendre une langue étrangère

Les croyances limitantes, cela se change, heureusement !

L’une des méthodes consiste à explorer ses croyances et à créer une nouvelle croyance opposée plus positive pour nous, que l’on va répéter plusieurs fois par jour durant plusieurs semaines, jusqu’à ce qu’elle remplace l’ancienne. Par la répétition, nous reprogrammons notre cerveau en écrivant une nouvelle partition. 

Une autre solution, celle que j’ai expérimenté, est d’oser se lancer et de réserver un premier cours de langue étrangère. Sentez-vous à l’aise avec votre professeur, et une fois en sécurité, votre cerveau intégrera que vous y prenez du plaisir et qu’il n’y a aucun danger.

De mon côté, je me suis sentie à l’aise dès la première séance, tant avec les élèves qu’avec le professeur. Aucun sentiment de « honte », de « concurrence », de ne pas être « assez » bonne élève, de ne pas avoir un « assez » bon accent… Au fil des séances, j’ai pris confiance en moi, j’ai découvert que l’on pouvait aussi apprendre une langue étrangère à l’âge adulte et que nos capacités d’apprentissage se développent à tout âge. Et dorénavant, je parle anglais en voyage sans appréhension, sans même y penser…

Chez Acapelart, nous vous proposons des cours de langue étrangère à distance (anglais, espagnol, japonais, chinois mandarin, italien, allemand…) pour que vous puissiez vous lancer et pratiquer, quel que soit le lieu où vous vivez. Nous nous entourons de professeurs passionnés, expérimentés. Avec une valeur essentielle : vous (re)donner le goût d’apprendre en y prenant du plaisir. 

Et vous, vous aimeriez apprendre une nouvelle langue mais vous n’osez pas ? Vous avez osé vous lancer ? Racontez-nous !

Cet article vous a plu ?
Épinglez-le sur Pinterest !

Apprendre une langue étrangère : ces croyances qui vous limitent - Acapelart

Les derniers articles

Expérimenter et libérer sa créativité

Expérimenter et libérer sa créativité

Es-tu du genre à te considérer créative ? Ou ce mot te fait peur ?  Voire même te hérisse le poil ! On peut penser à ces films où on voit un écrivain en perte d’inspiration. La page blanche. Qui, petit à petit, se noie dans l’alcool, s’isole dans...

J’ai retrouvé mon premier amour

J’ai retrouvé mon premier amour

A l'aube de la rentrée, les nouveaux projets fleurissent. Et aujourd'hui je suis ravie autant qu'excitée de vous partager une nouveauté... J'ai retrouvé mon premier amour ! Je vous entends penser : et non ce n'est pas le beau brun de mon adolescence en Normandie 😜...

Les commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire